• Le regard des autres sur soi

    Une affaire d’éducation pour une prise de conscience individuelle

     

     

    regard des autres

     

     

    Tout jeune déjà, vos dévoués parents vous ont appris à vous comporter de façons différentes en fonction de chaque évènement ; ils ont récompensé vos efforts et sanctionné vos écarts pour vous faire comprendre de quelle manière vous devez comparaître devant vos semblables selon les situations.

     

    Tous les parents ont pu ressentir cette atroce gêne lorsque leur progéniture, sourire aux lèvres et d’une voix assurée, prononce la phrase typiquement inadéquate face à des interlocuteurs peu enclins à l’humour et à l’admiration des enfants…

    On ne citera plus les « Dis maman, pourquoi la dame, elle est grosse ? » ou « Oh papa c’est bizarre, le monsieur, il est tout noir ! ». Question de politesse et de respect mutuel, cela va de soi, mais également question de perception.

    Les parents, dans leur honte face au franc-parler de l’enfant, éprouvent la crainte d’être jugés, de passer pour des parents qui n’élèvent pas leur petit, voire même pour des malotrus et des impolis. Le regard des autres suscite donc la honte, il est gage d’un certain jugement parfois difficile à assumer.

     

    Pour autant, on ne peut pas toujours dire qu’être observé et jugé par les autres soit un supplice, car il est de nombreux cas où le regard des autres est recherché par l’individu.

    De la même façon que le contact avec autrui ou les amis emportent son lot d’avantages et d’inconvénients , il importe de se demander quels sont les effets ambivalents du regard des autres sur l’individu et son bien-être.

     

     

    Une volonté clairement affichée d’attirer le regard des autres et de susciter des bavardages

     

    regard

     

    Enfant, dans le cadre de l’école par exemple, les comportements sont très divers : alors que certains enfants traînent très jeunes leurs parents dans les supermarchés pour obtenir tel et tel bien qui puissent les valoriser dans la cour de récréation, d’autres restent plutôt passifs à cet égard et ne font guère attention à leur image dans un premier temps. Dans de très nombreux cas, les choses changent à l’adolescence, où s’effectue pour ces derniers une prise de conscience quant à l’apparence et l’individualité, qui conduit à se présenter de façon optimale vis-à-vis des camarades de classe, pour être accepté parmi les groupes de collégiens.

     

    Ainsi, les jeunes cherchent à mettre en avant un des traits de leur personnalité, une passion ou un aspect de leur vie, afin d’attirer le regard des autres et d’entamer la conversation pour séduire par exemple. Ce processus s’effectue en premier lieu par l’apparence physique : à ce titre, on pourra citer les « petites cases » dans lesquelles s’enferment certains adolescents qui se déclarent appartenir à tel ou tel mouvement, représenté par tel ou tel style vestimentaire, dans le but d’avoir sa place dans un groupe et d’affirmer sa position sociale.

     

    D’autre part, plus récemment certes, les réseaux sociaux et les informations présentes sur la toile permettent à l’individu de sélectionner les informations à divulguer ou non, et de mettre l’accent sur certains traits de sa personnalité. L’idée : mettre en avant ce que l’on souhaite faire savoir aux autres, et dissimuler ce qui doit rester caché, ce qui n’est pas propre qu’aux adolescents et s’applique aujourd’hui à une grande majorité de connectés.

     

    Quand le regard des autres devient un véritable cauchemar

     

    chapeau pour se cacher

    S’il est vrai que le désir d’être vu par les autres, dans sa quête, apporte une certaine satisfaction à l’individu, fier d’apparaître comme il le désire, il peut être à certains égards dévastateur, étant donné que le retour que les autres donnent n’est pas forcément celui escompte.

    Or, cela peut être tragique, car les gens que nous côtoyons ne sont pas forcément des tendres, tous ne mâchent pas leurs mots, et beaucoup ont fait face à des remarques désobligeantes parfois délicates à assumer…

    De fait, certains individus ont beaucoup de mal à accepter ce fameux regard, qui peut se révéler angoissant par son aspect impitoyable. Ainsi, certains mettront vingt-cinq minutes à choisir la teinte de chemise idéale afin de ne pas révéler de faute de goût, quand d’autres passeront un temps fou dans leur salle de bain pour traquer le moindre défaut et paraître physiquement parfait. Au niveau comportemental, certains n’hésitent pas à tronquer leur façon d’être naturelle pour adopter certains comportements stéréotypés : rires bruyants, sourires omniprésents, gestuelle outrancière…

     

    Dans les deux cas, le problème est identique, il tient à la crainte du regard de l’autre sur soi et au désir de se conformer à ses attentes pour être mieux accepté. Néanmoins, si certaines langues de vipère n’hésitent pas à montrer du doigt une jupe un peu froissée, une mine un peu fatiguée ou une élocution mal assurée, la majorité reste en général apte à accepter l’individu avec toutes ses particularités, c’est pourquoi il est inutile de se préoccuper de son image à longueur de temps.

    Pour se sentir au mieux, il s’agirait de prendre en compte le regard des autres car il nous fait avancer, comprendre des choses sur la société et l’individu, sans pour autant le laisser virer à l’obsession, car cela refreine la personnalité et les particularités de chacun, et attise le mal-être que peuvent ressentir certains individus. Le regard des autres, oui, mais à petites doses !

     

    One comment to "Le regard des autres sur soi"

    Share your thoughts on this article.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *